OPÉRATIOn nyamba #4

ONG Sea Shepherd

Logo-Sea-Shepherd_edited.jpg

SEA SHEPHERD a été fondée en 1977 par le Capitaine Paul Watson au Canada. ONG de défense des océans la plus combative au monde, elle a pour mission la protection et la conservation des océans et de la biodiversité marine.

Sea Shepherd travaille sur trois axes majeurs :

 

  • Dépasser la seule protestation et intervenir de manière active et non violente dans les cas d’atteintes illégales à la vie marine et aux écosystèmes marins.

  • Exposer les abus et les pratiques non durables ou non éthiques d’atteinte à la vie marine et à l’intégrité des écosystèmes marins en alertant les médias et l’opinion publique.

  • Sensibiliser l’opinion publique au lien essentiel qui nous relie à l’océan à travers diverses interventions en festivals, écoles, organisation de conférences, expositions, publications, films, etc…

Sea Shepherd est 100% indépendante et ne bénéficie d’aucune subvention d’Etat afin de garantir sa liberté de parole et d’action.

L'opération Nyamba #4 dans lequel le Fonds de dotation Les Jardins de Gaïa s'engage aux côtés de Sea Shepherd a pour objectif de préserver les tortues marines à Mayotte.

Opération Nyamba Sea Shepherd.jpg
Logo_Nyamba_operation.png

OPÉRATION NYAMBA #4

Localisation

Plus jeune département français, Mayotte est un archipel de l’océan indien composé de deux magnifiques îles, Petite-Terre et Grande-Terre. Son lagon de 1300 km2 avec sa double barrière récifale est un des plus beau au monde. Il abrite des écosystèmes aussi rares qu’exceptionnels. 130 espèces d’oiseaux, 668 espèces de coraux, 1520 espèces de poissons, 24 espèces de cétacés, requins, baleines, tortues marines. Toutes ces espèces emblématiques, rares et protégées sont en péril faute de moyens et de volonté de contrôle et de protection.

Le contexte

Mayotte vit depuis plusieurs années une catastrophe écologique de grande ampleur. L'île est jonchée de déchets. Des décharges sauvages s'amoncellent dénaturant les paysages et menaçant la biodiversité.

L'écosystème dans son intégralité est mis en péril par des activités illégales. Parmi les victimes, les tortues marines.

 

Les tortues marines menacées et protégées reviennent sur la plage de leur naissance pour y pondre leurs œufs. Elles sont alors des proies faciles pour les braconniers qui les attendent armés de machettes. Après leur avoir coupé les nageoires et la tête, ils ouvrent la carapace et récupèrent la viande qui se vend jusqu'à 40 euros le kilo au marché noir. Leurs œufs si précieux pour la prochaine génération de tortues pourrissent sur le sable.

Trop peu de gardes, souvent absents au poste, les plages les plus dangereuses ont même été interdites d'accès de nuit en raison de la présence de braconniers. Autrement dit, les tortues sont complètement abandonnées à leur triste sort.

Officiellement, plus de 230 tortues marines ont été braconnées à Mayotte en 2016 et près de 300 en 2015 d’après le REMMAT (Réseau d’Echouage Mahorais de Mammifères marins et de Tortues marines) qui précise dans un communiqué que : « le recensement entrepris tout au long de l’année par le réseau ne reflète que la partie visible du braconnage, révélée par les traces et ossements laissés sur les plages : il n’est qu’une sous-estimation du nombre réel d’actes de braconnage sur Mayotte ». D'après les estimations de terrain, le chiffre réel est plus proche du millier de tortues tuées.

L'action

 

De juin à septembre 2017, les volontaires de Sea Shepherd ont mené plus de 200 patrouilles, donnant aux tortues un niveau de protection qu'elles n'avaient jusqu'ici jamais connu et pourtant encore insuffisant.

En Juillet 2018, Sea Shepherd fut de retour pour une mission encore plus longue mais là encore, malgré des patrouilles menées chaque nuit, les effectifs restent insuffisants pour couvrir toutes les plages à risque en simultané et les braconniers parviennent encore à faire des victimes en se rabattant sur les plages où les patrouilles de Sea Shepherd sont absentes.

Le braconnage à Mayotte est la principale menace qui pèse sur la survie des tortues marines, Sea Shepherd a encore besoin de moyens pour augmenter le nombre de nos patrouilles et couvrir davantage de plages.

Objectifs

 

Espèce menacée et protégée au niveau national et international, les tortues marines sont plusieurs centaines à être massacrées à la machette chaque année lorsqu’elles remontent sur les plages mahoraises de leur naissance pour y pondre leurs œufs.

Leur chair se vend à prix d’or au marché noir et les braconniers ne sont quasiment jamais appréhendés.

L'opération Nyamba #4 mise en place en 2021 a pour objectif  d'enrayer le braconnage.

Pendant le confinement, les tortues se sont retrouvées particulièrement seules sur les plages, livrées aux braconniers. La situation déjà critique a donc empiré.

Pour assurer leur protection les bénévoles de Sea Shepherd, dont les habitants du village de Mtsamoudou se mobiliseront au deuxième semestre 2021 afin d'effectuer des patrouilles de surveillance sur les plages les plus sensibles et les plus dangereuses de Grande-Terre et Petite-Terre.

Notre aide à tous est indispensable pour rendre possible et pérenne la réalisation de ces opérations de préservation des tortues marines.
 

1/7
Photo-Nyamba2.jpg

Crédits photos : Sea Shepherd France

Toute utilisation ou reproduction des textes et photos

sans le consentement des auteurs est interdite.

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

© 2020  Fonds de Dotation - Les Jardins de Gaïa